les terreurs nocturnes : les comprendre et nos solutions

Les terreurs nocturnes surviennent en général au début de la nuit et pendant le sommeil profond. C’est souvent un moment de panique pour les parents. Découvrez comment éviter les terreurs nocturnes, nos astuces et solutions contre les terreurs nocturnes.

Que sont les terreurs nocturnes ?

Si votre enfant semble très perturbé en pleine nuit, pendant qu’il dort, il est possible qu’il ne soit pas en train de faire des cauchemars, il est probablement en train de vivre quelque chose de plus sérieux : les terreurs nocturnes.

terreurs nocturnes

Spectaculaire, les terreurs nocturnes surviennent en général durant les premières heures de la nuit, pendant une période de sommeil profond, à l’inverse des cauchemars qui surgissent en deuxième partie de nuit au cours du sommeil paradoxal.

Comment reconnaître les terreurs nocturnes ?

Au départ, tout commence la plupart du temps par un cri de panique puis au cours des terreurs nocturnes, l’enfant se dresse sur son lit, en larmes, agité de mouvements. Il hurle, son corps exprime les signes caractéristiques de la peur : sueurs, nausées…

A la différence du cauchemar, si votre enfant fait des terreurs nocturnes, il est encore endormi, ne vous reconnaît pas et n’a pas conscience de ce qui lui arrive.

Quelques chiffres sur les terreurs nocturnes

les terreurs nocturnes chez les enfantsDes terreurs nocturnes répétées sont observées :

  • chez 1 à 3% des enfants de moins de 15 ans,
  • chez 6% des enfants d’âge préscolaire,
  • et sont sans doute encore plus fréquentes chez le très jeune enfant, mais ces terreurs nocturnes seraient alors moins facilement identifiées.

 

Les conseils pour lutter contre les terreurs nocturnes :

Découvrez nos conseils sur des attitudes à avoir si votre enfant fait régulièrement des terreurs nocturnes.

  • Ne pas réveiller son enfant pendant les terreurs nocturnes

Quand votre enfant est victime de terreurs nocturnes, n’essayez pas de le réveiller, car il est dans un sommeil profond, même s’il a l’air profondément bouleversé. Ne lui parlez pas et il est inutile d’éclairer la chambre; Contentez-vous plutôt de le surveiller et de vous assurer qu’il est en sécurité et qu’il ne risque pas de tomber du lit.

Les médecins conseillent également aux parents de réveiller leur enfant 30 minutes avant l’heure à laquelle les terreurs nocturnes se manifestent habituellement : cela, pour l’empêcher de se produire. Sortez votre petit de son lit. Incitez-le à vous parler et maintenez-le éveillé pendant au moins 5 minutes avant de le laisser se rendormir.

les terreurs nocturnes pendant le sommeil

  • Rassurez votre enfants s’il se réveille après ses terreurs nocturnes.

Si votre enfant se réveille vraiment pendant ses terreurs nocturnes, réconfortez-le et rassurez-le en lui disant que tout va bien, que vous êtes là et qu’il peut se rendormir. Restez avec votre enfant jusqu’à ce qu’il se rendorme. Vous pouvez peut-être lui frotter le dos, chantonner ou vous allonger près de lui.

  • Ne parlez des terreurs nocturnes le lendemain.

Le lendemain, ne parlez pas de l’épisode de terreurs nocturnes à votre enfant sauf s’il le fait lui-même, ce qui est peu probable dans le cas d’une terreur nocturne. Demandez-lui si tout va bien, s’il a des sujets d’inquiétude. Dites-lui qu’il est en sécurité, que vous l’aimez et que vous le protégerez nuit et jour.

Les rituels du coucher pour éviter les terreurs nocturnes

Que faire contre les terreurs nocturnes

Assurez-vous que la routine du coucher l’apaise.

Évitez de regarder des émissions télévisées effrayantes ou violentes, ou de lui lire des histoires terrifiantes. Vous pouvez le calmer en lui racontant une belle histoire, en lui faisant prendre un bain, en allumant une veilleuse, en lui chantant une chanson ou en lui parlant des situations agréables de la journée.

Assurez-vous que votre enfant dorme assez

Certaines terreurs nocturnes surviennent lorsqu’un enfant ne dort pas assez, quand par exemple il ne fait plus de sieste. Ménagez-lui alors des plages de sommeil plus longues.

En résumé, que faire contre les terreurs nocturnes :

– Ne pas réveiller son enfant pendant les terreurs nocturnes
– S’il se réveille seul, rassure- le
– Eviter de parler des terreurs nocturnes le lendemain
– Mettez en place une bonne routine du coucher
– Assurez-vous que votre enfant dorme assez

Connaissez-vous des personnes victimes de terreurs nocturnes ? Comment agissez-vous en cas de terreurs nocturnes ? Ne confondez-vous pas avec des cauchemars ?

Nous répondons à vos questions dans les commentaires.

Solutions sommeil et insomnie

2 commentaires

  1. Quand j’étais petite, j’étais victime de terreurs nocturnes et ma mère pensait que je faisais seulement des cauchemars. Ces terreurs nocturnes ont cessées peut après la mort de mon grand père mais voilà une semaine que c’est revenu. Je ne sais pas comment m’en débarasser.

  2. Bonjour Audrey. Ce que je vais vous dire n’est pas forcément rassurant. Quand j »étais enfant (il y a très longtemps) Je faisait des terreurs nocturnes. C’était horrible. À l’époque on m’avait fait consulter un psy pour enfants.Je ne me rappelle ni quand ni comment celà c’est arrêté. Mais je n’en ai plus jamais refaite… Jusqu’à l’année passée. J’ai maintenant 52 ans. Ca à duré plusieures semaines. Puis environ 2 ou 3 mois sans. Et voilà que çà a recommencé depuis 2 nuits. J’ai beau analyser toutes mes habitudes. Je ne trouve absolument rien de différent entre les périodes où je fais ces terreurs et celles où je n’en ai pas.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*